Du 501 au boyfriend

Bonjour, bonjour à toutes,

Ce matin, le soleil revient, j’espère que chez vous aussi ! Un petit mieux côté température, mais hélas pas au point de sortir nos jolies robes à bretelles. Alors, après quelques hésitations, j’enfile mon jean préféré, celui dans lequel je me sens si bien !

Le jean, le vêtement de toute la vie… Il est emblématique de notre époque, intemporel, il reste la base de nos tenues aussi bien que celle de toutes les actrices, top models et autres fashionistas (pardon, le mot existe en français, on dit modeuses !)

Certaines d’entre nous portent fièrement leur jean de toujours sans jamais changer de modèle, souvent le mythique 501. D’autres ont adopté le jean slim, voire un peu déchiré (mais pas trop, hein, quand même…) et il y en a qui ne portent plus de jeans du tout (si, si, j’en connais), mais c’est dommage car il en existe de toutes les couleurs et de toutes les coupes, et c’est précisément là que réside la difficulté, comment s’y retrouver ?!

Alors ne nous en privons pas, essayons de trouver dans les tendances de la mode ceux qui nous mettent le plus en valeur suivant notre silhouette !

Un 501 sinon rien !

Le jean légendaire, le mythique, c’est celui que portait Marylin Monroe dans le film Les Désaxés. On était en 1961, et ce fut une révélation, la femme n’était pas obligée de porter une robe pour être féminine, quelle victoire ! Vous avez noté, j’espère, encore un point pour les années soixante, les plus jeunes ne nous diront jamais assez merci 😉

Ce vêtement, conçu en 1873 par Levi Strauss et Jacob Davis, fut d’abord un vêtement de travail, dont les rivets et l’étiquette en cuir avec les deux chevaux devinrent la marque de fabrique. Levis & Co sortira le fameux 501 emblématique de la marque en 1890, ce sera alors le modèle haut de gamme de la maison. Peut-être ne saviez-vous pas que votre cher 501 est sorti des bureaux de style de Levi’s l’année de naissance de vos grands-mères ou arrières grand-mères ?! C’est l’histoire d’un incroyable succès non démenti depuis près de 120 ans… Depuis lors, que de modèles sont sortis sur le marché, faisant de ce must de la mode devenu si féminin un incontournable de notre « garde-robe » !

A propos, chères lectrices, pardonnez le titre un peu ambigu de cet article, n’allez pas croire qu’un 501 est en soi un instrument de conquête. C’est que le boyfriend est le modèle qui se rapproche le plus de notre jean légendaire ! Mais, soyons sérieuses, le jean, c’est en soi un vêtement séduisant, qui valorise nos formes et qui nous permet de varier à l’infini nos tenues en étant toujours à la mode. Bien sûr, on en voit passer quelques adaptations moins heureuses que d’autres, mais dans l’ensemble, dès que nous l’enfilons, nous nous sentons prêtes à affronter le monde, et tout va bien.

Ou plutôt tout allait bien, jusqu’à ce que déferlent dans les rayons de nos magasins et sur les sites web, des marques nouvelles, des appellations non contrôlées, et là, nous voici toutes désorientées, errant dans les allées des Galeries Lafayette ou faisant défiler des pages sur Internet à la recherche du modèle qui pourra nous aller, bref nous voilà faisant notre shopping en mode désespéré

A l’aide, quelqu’un peut me traduire l’étiquette ?

Je suppose que pour la plupart, vous vous vous êtes habituée aux tailles américaines, du 24 au 40 et plus, le W pour la taille (waist) et le L pour la longueur des jambes (lenght). Déjà en soi une performance…

Mais avez-vous essayé de vous y retrouver dans les nombreux et nouveaux modèles ? Moi, j’ai eu du mal, j’avoue, à part pour celui qui a fait un vrai retour en force il y a quelques années, le jean patte d’éléphant dit « patte d’eph » qui fit notre succès au lycée … et un peu moins dans les réunions de famille de l’époque !

Mais entre le boot cut, le flare, le boyfriend et le skinny, le low waist et le regular, on serait tentées d’aller directement au rayon robe voir si ça va mieux se passer, parce que franchement c’est un vrai casse-tête !

Dans vos tentatives pour comprendre de quoi vous parle la vendeuse des Galeries Lafayette ou du Levis’s store, vous avez peut-être consulté quelques pages web consacrées au sujet. J’en ai trouvé, mais la lecture fastidieuse des caractéristiques de chaque modèle m’a laissée absolument pantoise !!!

Alors, voyons voir… comment s’y retrouver ?! Une de mes amies m’a dit, moi, pas compliqué, je vais chez H&M aux heures creuses et j’essaie 10 modèles de jeans, une fois que j’en ai trouvé un qui me va, j’en achète 2 ou 3 exemplaires et c’est parti pour 1 an… Bon, pas très fun, comme shopping, mais ça se tient. Quand même, faisons un effort !

Donc, je vous explique, d’abord les coupes : le boyfriend c’est facile, ça ressemble à notre cher 501, à boutons, un peu large, pas de problème, les inconditionnelles l’auront retrouvé sans peine. Le straight, lui, il est tout droit, ne colle pas, et peut se trouver en version taille haute (high waist) ou basse (low waist). Le slim est près des jambes, mais pas collant, comme le skinny ou le super skinny dont le nom exprime clairement qu’il va vous coller à la peau et que pour l’enlever un soir où vous aurez bien transpiré dans le métro (ou sur un dance floor ?), ça ne va pas être facile 😉 Cela dit, on a pire encore, le jegging, contraction de jean et legging et là, je vous laisse imaginer…

Le jean féminin, coupe classique
Le jean regular, la bonne base de nos tenues.

Allez, on se lance  !

Perso, je vous conseille de faire un petit tour sur le web pour scruter tendances et conseils. Parce que par exemple, le bleach, (délavé à la javel), il parait que ça ne passe pas très bien ces temps-ci. D’ailleurs, j’en ai remis un récemment et là j’ai eu droit au commentaire de ma petite sœur, oh, écoute, la dernière fois que tu as porté ce genre de jean, on était en boîte à Saint Jean de Monts l’année du bac… Pardon, vous me dites ? Si, ça passe ? Ah oui, mais à condition d’être déchiré, c’est-à-dire destroy

A l’aide ! Encore 3 lignes et vous m’abandonnez, sans compter que je craque aussi ! Donc, mes conseils, les voici : d’abord, ça parait évident, mais on évite le modèle taille basse sauf si on a vraiment gardé sa silhouette de jeune fille. Et si on craque pour un modèle skinny et taille basse, on choisit la sobriété ! Pas de mélange incrustation métal argenté + faux trous + broderies + inscription genre Fiesta Ibiza sur la fesse droite, vous voyez à peu près de quoi je veux parler ?

Le boyfriend, (j’adore répéter ce mot, ça me rappelle mes séjours linguistiques en Angleterre !), c’est l’héritier direct de notre 501, se porte bien large, taille basse, si possible roulé aux chevilles, avec un tee-shirt serré pour contraster, alors que le bootleg ou cut, avec une coupe évasée aux chevilles, doit être parfaitement à votre taille et se porte volontiers avec un haut blousant.

Le plus facile, c’est simple, vous n’aurez aucun mal à le mémoriser, c’est le regular. Il habille toutes les silhouettes en évitant de marquer telle ou telle zone plus qu’une autre. D’accord, ce n’est pas le plus original, mais quand on choisit un bon classique, on n’est jamais déçue. On adopte le même modèle et on l’enrichit avec un joli tee-shirt ou une tunique brodée, ou encore un grand pull à maille un peu lâche pour faire décontractée-sexy, ça marche très bien, on aurait tort de se compliquer la vie.

Et rien n’interdit de le twister disent les modeuses, comme quoi les sixties sont partout 😉 (twister, ça veut dire littéralement « tordre », c’est-à-dire créer un effet inattendu). On pourra toujours porter son jean un jour avec un carré Hermès (vrai ou faux) et le lendemain avec un perfecto, ou les deux ensemble, ce n’est pas interdit, et il n’aura plus du tout la même allure…

En tous les cas, nous ne sommes pas prêtes de quitter ce vêtement centenaire, apparu aux Etats Unis alors que nos trisaïeules arboraient manches à gigot et jupes à godets !

Alors, à vous de me dire, pourriez-vous vivre sans votre jean préféré ? Le portez-vous avec toujours autant de plaisir, que vous évoque t-il ?

A bientôt pour un autre article mode, et bon shopping !
Corinne