Fête de la musique

Bonjour, bonjour !!!

Enfin, il fait beau, INCROYABLE, non ?! Le soleil est arrivé, c’est l’été, et la fête de la musique va nous entraîner ce soir en ville ou sur le bord des rivières, sur les plages ou au cœur des villages où les estrades ont été montées pour notre plus grand bonheur.

Comme chaque année, on pourra découvrir des groupes, de jeunes talents, des formations locales, des musiciens confirmés, et parfois même des « têtes d’affiche ». On aura le choix entre rock et rap, techno et pop, reprises de standards et impros jazz, trios classiques et fanfares… jusque tard dans la nuit.

Cette fête de la musique a vu le jour grâce à l’action du ministre Jack Lang, sur une idée d’un journaliste américain de France Musique, Joël Cohen, qui souhaitait en organiser deux par an pour fêter les deux solstices, celui d’été et celui d’hiver. Si le solstice d’hiver, le 21 décembre, n’a pas été retenu, c’est le 21 juin, date du solstice d’été, qui a été consacré pour célébrer la musique dans tout le pays, et maintenant dans le monde. La fête de la musique a vu le jour pour la première fois le 21 juin 1982. Encadrée par une charte européenne depuis 1997, elle s’est répandue dans plus de 120 pays, c’est un véritable phénomène culturel mondial !

Et pourtant, elle a bien changé, cette fête, beaucoup moins spontanée que dans l’esprit de ses créateurs, elle a pris un tour différent, que l’on peut apprécier ou non, mais en tous les cas, c’est une très belle idée.

Fête de la musique, faites de la musique

A l’origine, le principe était le suivant : permettre à tous, musiciens confirmés ou amateurs, de s’installer partout dans les rues, sans autorisation, afin de partager cet irremplaçable plaisir qu’est le fait de jouer ensemble. Comme un immense hymne à la joie en l’honneur de la musique, sans laquelle la vie ne serait pas la même.  Vous imaginez la vie sans musique ?!

Gratter sa guitare folk, taper sur un djembé, chanter à tue-tête, seul ou en chœur, souffler dans un harmonica ou sortir son saxophone pour jouer pour une fois, librement dans la rue, quel beau programme. Le slogan était donc Faites de la musique, sous-entendu faites TOUS de la musique !

D’accord, il n’y avait pas que des futurs Grammy Awards ou des potentiels Grands Prix de l’Académie Charles Cros dans les rues, mais là n’était pas le sujet, on pouvait aller écouter les musiciens qu’on voulait, qu’ils soient joueurs de banjo d’un soir ou violonistes. Et quelle occasion pour le groupe de rock de votre fils ou fille de pouvoir se tester sur scène, souvent pour leur premier concert.

Fête de la musique, le rôle des villes

La majorité sinon la totalité des communes qui programment une fête de la musique jouent le jeu en mettant à disposition personnel municipal et matériel, or cela représente des heures de travail, installation, signalétique, et maintenant organisation de la sécurité autour des lieux investis pour la fête.

Il y a là comme une sorte d’échange de bons procédés, la communication autour de l’événement donne à chaque municipalité l’occasion de se positionner comme un acteur culturel à peu de frais. On le comprend bien, et on ne peut pas en vouloir à telle équipe municipale d’une petite ville de mettre en avant la fête de la musique pour enrichir l’agenda culturel de son site web, lequel n’a pas grand-chose à mettre en avant sur cette thématique, faute de volonté parfois, mais faute de budget souvent. Je vous en parle en connaissance de cause, car j’ai été élue locale dans une petite commune, il y a pas mal d’années, et il fallait vraiment donner de l’énergie là où on n’avait pas toujours le budget.

Quant aux associations locales, elles jouent un grand rôle dans l’organisation de la fête, car la musique est souvent une pratique associative. Que ce soit la chorale ou le groupe folklorique, les fans de country ou les férus de musique baroque, beaucoup d’amateurs se regroupent en association pour partager leur passion. Elles permettent souvent d’enrichir le programme de la fête et en profitent pour faire connaître leur musique et leur activité.

Est-ce toujours la fête de la musique ?

Evidemment, l’événement ne plait pas à tout le monde, et fait des mécontents. On a parfois du mal à imaginer que nos concitoyens ne supportent pas la fête, une fois par an, mais pour certains, en effet, la fête de la musique est un événement où l’on entend « de la musique de sauvage jusqu’à une heure insupportable », preuve que le rock ou le rap n’ont pas encore conquis le public à 100 % !

J’ai habité une ville côtière, La Baule pour ne pas la nommer, où le fait de programmer un concert de jazz de 18h à 19h dans un bar de plage relevait de la plus grande audace… Si vous voulez écouter de la musique ce soir en Loire Atlantique, allez plutôt du côté de Saint Nazaire !

Pas sûr d’ailleurs que le problème vienne de la musique elle-même mais plus du comportement de certains en fin de nuit, qui ne laisse pas imaginer une consommation effrénée de menthe à l’eau pendant la fête, d’où le reproche que l’on entend souvent, « ce n’est plus la fête de la musique, c’est la fête de la bière » …

Quoiqu’il en soit, année après année, l’événement est devenu de moins en moins spontané et de plus en plus encadré, et maintenant qu’il faut prendre en compte les menaces potentielles qui pèsent sur tout rassemblement populaire, on aura compris que les grandes fêtes de la musique en forme de « happening » sont probablement vouées à disparaître.

Mais comme nous vivons dans un monde où tout est monnayé et monnayable, bien sûr que tout n’est pas perdu pour tout le monde, puisque les communes ont en quelque sorte échangé les autorisations de jouer sur les places publiques (alors qu’au départ précisément, il n’y avait rien à demander) contre des autorisations accordées aux bars et cafés de fermer plus tard que les horaires fixés habituellement par décret municipal.

Ce qui fait que la fête de la musique ressemble maintenant à un mélange de bal populaire et de concerts traditionnels avec scène et podiums, là où on se régalait de voir des artistes comme arrivés par miracle à un coin de rue, comme s’ils s’étaient cachés jusqu’au 21 juin derrière un arbre en attendant de nous faire « coucou » avec une guitare ou un accordéon…

Guitariste - Fête de la Musique
Guitariste devant un restaurant

Les plus belles fêtes de la musique en France

Si vous habitez le pays basque, ne ratez pas la fête de Bayonne où sont programmés 80 concerts ! A Nice, Maître Gims, Calogero et Chris (ex Christine & The Queens) sont à l’affiche, Dominique A sera à Verdun, Catherine Ringer à Strasbourg… A Saint Nazaire, plus de 60 artistes ou groupes, le tout avec une programmation qui fait une large place à la danse, j’adore. Et d’ailleurs, j’adore cette ville qui est pour moi LA ville à découvrir de la côte atlantique avec une activité culturelle intense. Un petit coup de promo pour une ville qui le mérite, j’en profite !

Enfin, Paris bien sûr, impossible d’énumérer les différents endroits où l’on pourra entendre de la musique ce soir, mais il y en aura pour tous les goûts, et en tous les cas, à l’Elysée, on jouera de l’électro… si ça continue, mon fils va pouvoir envoyer une maquette à l’Elysée pour 2019, il joue de la techno expérimentale 😉

Moi, ce que j’aime, c’est me promener dans la ville en essayant de trouver une ambiance qui me plait, à Angers, je vais toujours spontanément vers le château ou les bords de Maine, mais il m’arrive de m’arrêter dans une petite rue en entendant une bonne reprise des Rolling Stones…

Et ensuite, ce sera la saison des festivals, auxquels je souhaite beaucoup de soleil et des spectateurs heureux !

A propos, si vous avez envie de parler du festival de votre ville, n’hésitez pas, je ferai un agenda dans pas très longtemps…

Bonne fête de la musique et bel été !!!

Corinne