Vintage et solidaire

Bonjour, bonjour,

Le vintage est à la mode, ça tombe bien, on adore ! J’ai publié récemment un article sur le retour du violet en décoration, un must 2018 qui nous a rappelé le style bohème des années hippies. Une autre tendance actuelle, c’est la vogue des objets et des meubles années 70, dont certains auraient parié il y a peu qu’ils allaient rejoindre les buffets Henri II de nos grand-mères dans un musée qui ressemblerait à un enfer pour designer contemporain.

La mode vintage, c’est aussi une tendance en déco. Les ustensiles les plus variés, qu’ils soient de cuisine comme la balance de ménage ou le shaker à vinaigrette (!), ou destinés au salon comme le cendrier sur pied qui avale les mégots, tous ces objets, généralement en matière plastique, de couleur orange souvent, disparaissent rapidement sur les étals des vide-greniers. Certaines pièces s’arrachent même à des prix soutenus dans les ventes aux enchères… et des rééditions de plus ou moins bonne qualité sont partout dans les boutiques de décoration.

Quoiqu’en disent quelques partisans du bien-être par le vide, il y parfois de bonnes raisons de stocker les objets qui ont cessé de nous plaire, ne serait-ce que pour ne pas entendre un jour nos enfants dire sur un ton consterné, « ah non, tu as jeté le fauteuil en velours à fleurs jaunes ?! »

On ne jette plus !

On n’a pas tous un grenier digne de ce nom, ou une maison de campagne où stocker nos vieux meubles, alors on en a jeté des choses, et parfois, on regrette – et oui, sinon, ce n’est pas drôle 😉

Avec l’apparition des sites de vente en ligne entre particuliers, on jette de moins en moins. Revendre sur Le bon coin ou EBay, c’est toujours un bon moyen de financer une nouvelle dépense : vendre un lit d’enfant devenu trop petit pour acheter un meuble plus adapté à notre ado en pleine croissance, quoi de plus logique en effet ! On a vite compris l’intérêt d’adopter ce mode de transaction, qui a en plus le mérite de faire deux heureux, celui qui achète et celui qui revend.

Autre bonne raison de ne rien jeter, la mode du DIYDo It Yourself – qui nous permet de libérer notre esprit créatif – enfin, pas trop le mien, je suis vraiment nulle quand il s’agit de bricoler – mais j’ai une amie surdouée pour faire de la récup et donner à n’importe quel objet banal un look vraiment tendance. Et hop, une vieille table de nuit sans charme, rhabillée d’un morceau de tissu, décorée de quelques clous de couleur, repeinte avec un motif à pois ou zébré, que sais-je, elle en fait un joli meuble personnalisé. Et comme son imagination n’a pas de limites, elle s’amuse et nous on admire.

Nous avons pris conscience petit à petit que tout objet a droit à une seconde vie, surtout si cela fait travailler des personnes en grande précarité, comme chez Emmaüs et tant d’autres associations locales qui ouvrent des recycleries… Car derrière l’entrepôt dans lequel vous découvrez tous ces vieux meubles et objets, il y a des personnes qui ont recollé des pieds de chaises, remonté des lampes et repeint des tables de jardin, ou qui ont réparé des appareils électro-ménagers comme par exemple dans le réseau Envie. Acheter solidaire, ou donner ce qu’on n’utilise plus, c’est un acte citoyen, le petit plus de notre engouement pour la déco vintage…

Ces objets qui ont la cote

Une cote qui monte, c’est celle des premiers classiques Ikea, il est vrai qu’il y a de belles créations de designers dans les collections de la marque. Repérer les pièces qui sortent de l’ordinaire peut-il être un bon investissement ? Il suffit d’avoir l’œil un peu exercé pour savoir celles qui risquent de durer et de se faire une place parmi les objets qui auront marqué leur temps. Ils sont d’ailleurs souvent mis en vedette dans le catalogue.

Il m’arrive d’acheter de la vaisselle rétro chez Emmaüs, on y trouve de véritables trésors y compris des objets des années 70. Certes, il faut un peu de patience pour dénicher de jolies choses dans les allées encombrées, mais se faire plaisir en faisant acte de solidarité, on l’a dit, c’est plutôt une bonne idée, alors, ne nous en privons pas. Et quand je m’aperçois que finalement, mon achat n’était pas très bien inspiré, je le rapporte à la recyclerie, j’ai juste le sentiment d’avoir contribué à aider l’association, pour quelques euros…

Il y a partout en France des ressourceries qui font un travail proche de celui de l’association Emmaüs, et les décorateurs ne sont pas les derniers à les fréquenter. Au moment où je vous parle, si, si, un blog, c’est du direct, je vois passer un post sur Facebook sur une nouvelle boutique parisienne, La Boudeuse, qui valorise et recycle objets et meubles et vous apprend à le faire vous-même. Do It Yourself, lancez-vous et vous allez vraiment découvrir vos talents cachés…

Et puis, regardez autour de vous, dans la rue parfois… Mon meilleur ami a transformé les anciennes boîtes à lettres en bois de son immeuble en un joli meuble à DVD, il fallait juste être là le jour où elles ont été démontées, quel veinard… Mais reconnaissons qu’il fallait aussi en avoir l’idée !

Fauteuil jaune rétro dans une ambiance contemporaine
Le vieux fauteuil jaune !

Petit prix et effet maxi

Cela fait quelques années déjà que le velours, avec son tomber théâtral quand il s’invite en double rideau dans nos intérieurs, a fait un vrai come back dans les collections. Plus récemment, les petits fauteuils dits crapaud, les cabriolets et autres poufs se rhabillent de velours, y compris dans des tonalités inattendues. Si on prend la peine de chiner dans les brocantes, on en trouve à des prix tout à fait abordables. Et n’oubliez pas les coussins, une manière facile de mettre du style et de la couleur à peu de frais.

Le rotin, lui aussi, fait un retour inattendu. Vous savez, les meubles en rotin des maisons de famille au bord de la mer, et bien, on les retrouve dans les catalogues de ventes aux enchères, et dans les magazines, mais en touches, une façon de décaler l’ambiance un peu trop sage d’un salon contemporain, ou de mettre une touche vintage dans une entrée.

On peut aussi faire une place revendiquée à des pièces qui ont eu leur heure de gloire, comme le miroir « soleil » entouré de rotin clair qui nous affligeait il y a peu, accroché au mur du couloir de tante Huguette depuis 1972… Là, si on a un peu l’œil exercé, il y a vraiment de quoi s’amuser avec des petits objets bien mis en scène.

Enfin, le plastique, ce n’est pas toujours fantastique, mais après tout, recycler valant mieux que jeter, on peut trouver des objets vraiment drôles, tels que casiers pour les disques vinyles de toutes les couleurs ou séries de saladiers gigogne, rigolos et bien pratiques pour les petites cuisines. Ma dernière trouvaille, allez, je vous la photographie, 3 € chez Emmaüs, un seau à glace orange en forme de pomme qui fait la star sur ma table de jardin à l’heure – sacrée – de l’apéritif en été.

Tout cela, c’est donc facile et ne nécessite pas de gros budget. Pour mettre une petite touche vintage dans sa déco, on peut se contenter d’un investissement minimum 😊

Seau à glace orange en forme de pomme
Un classique des 70’s

Encore quelques bonnes affaires…

Comme les antiquaires et les décorateurs sont passés par là, on ne trouve pas de ces anciens meubles de créateurs à prix accessible, les chaises Charles Eames, évidemment on oublie, et le canapé Togo de Ligne Roset, il faudra vraiment être patient pour le trouver pas cher sur Le bon coin. Quoique, j’ai déjà vu des bonnes affaires, mais comme par hasard à l’autre bout de la France ☹  Pas de chance car je rêve de ce canapé, le plus confortable et le plus vintage que l’on puisse trouver…

Là où on a un peu plus de chance de trouver la pièce de collection ou le meuble rare, c’est plutôt du côté des meubles scandinaves des années 60, on en voit encore dans les salles de vente, ils sont souvent faits dans de très beaux bois, avec des lignes dont le dessin n’a pas pris une ride… Tel buffet en teck ou en pin pourra parfaitement s’intégrer dans un intérieur contemporain, auquel il apportera une touche à la fois design et vintage. Comptez quand même un minimum de 100 €, plus le transport bien sûr. Et rassurez-vous, s’il faut, il supportera très bien les opérations de démontage et remontage, contrairement au buffet Ikea, l’aggloméré n’aimant pas du tout ça, on en a tous fait l’expérience lors d’un déménagement… Et en plus, acheter un meuble d’occasion, c’est aussi un acte de solidarité pour l’environnement, objectif zéro déforestation atteint dans ce cas précis.

Buffet vintage scandinave
Buffet scandinave 60’s

Et puis, la bonne affaire, c’est d’abord la trouvaille inattendue, le meuble qui nous plaît parce qu’il nous rappelle des souvenirs ou que son esthétique nous séduit, tout simplement. Pas de règle, pas de faute de goût, car c’est le nôtre qui compte, je trouve que chaque maison ou chaque appartement appelle une décoration différente, à nous de sentir celle qui lui ira le mieux, sans souci des diktats des magazines ou pire, des émissions de télévision, qui nous « vendent » des modèles standardisés et sans âme, qui font le marketing à peine caché des grandes enseignes de matériaux…

Une chose est certaine, en choisissant d’acheter d’occasion, on allège son budget, on peut renouveler plus souvent sa déco, et finalement, acheter des objets vintages, c’est une façon de consommer plus solidaire et meilleure pour la planète. On a tout à y gagner !

Profitez de l’été pour faire les vide-greniers et les brocantes, c’est le moment idéal !

A bientôt,
Corinne