Les cheveux blancs

Bonjour, bonjour !

Même s’il m’arrive souvent d’aborder des thèmes qui ne concernent pas que les femmes de plus de 50 ans, il y a quand même des sujets qui nous sont absolument spécifiques, à nous, les femmes, toujours pleines de doute quand il s’agit de notre capital beauté

Soit dit en passant, je suis ravie de constater que mes articles plaisent à mon mari, mon meilleur ami, mon fils et à quelques blogueurs ! Je crois que je vais réorienter ma présentation, ça me fait vraiment plaisir de partager avec eux aussi. Mais en réalité, le sujet « au secours j’ai des cheveux blancs », « comment camoufler mes cheveux blancs » et autres « pourquoi mes cheveux blancs ne tombent pas et les autres oui », on le retrouve plus dans la presse féminine !

Pour les hommes, on est dans la séduction, les tempes argentées, le poivre et sel etc… et pas seulement dans les romans de gare. Et si perte de cheveux, on se rase le crâne façon Bruce Willis, Harry Roselmack, Jason Statham et notre cher Zizou ! D’accord, mais nous ?!

On cherche par tous les moyens à camoufler les cheveux blancs, on se ruine en séances de coiffeur, parce que les racines, ça repousse vite, et on essaie de reculer l’échéance à tout prix, pour plus tard, bien plus tard, quand on sera – vraiment – vieilles… Est-ce bien raisonnable, pour reprendre le titre d’un film avec Gérard Lanvin, qui continue à nous séduire avec cheveux blancs et rides !

Comment j’ai accepté mes cheveux blancs

Il y a quelque temps, mon mari me conseille d’arrêter les teintures, car m’imaginer le crâne régulièrement imbibé de produits chimiques l’inquiète vraiment, et il me dit n’avoir aucun problème avec les chevelures poivre et sel ou blanches. Il trouve même cela plutôt « classe » …

Un peu troublée, j’en parle à mes meilleures conseillères beauté, en l’occurrence ma mère et ma fille, et là, tollé général, hurlement de l’une et supplication de l’autre « Tu ne vas pas faire ça !!! »

Et bien si, je l’ai fait, avec un peu d’aide de Delphine, mon adorable coiffeuse, et non sans avoir fait auparavant un tour sur tous les blogs et sites de magazines, coiffeurs, photos sur Pinterest etc… histoire de me conforter dans l’idée, que oui, on peut être belle avec des cheveux blancs.

Belle comme ma chère Joan Baez, comme Jaimie Lee CurtisSharon Stone ou Françoise Hardy, moi ça me va  😉

Les premiers cheveux blancs

J’ai retourné la question dans tous les sens pendant un bon moment, vous imaginez ! Pendant des années, je n’ai pas touché à ma couleur de base, blond foncé, sauf pour faire quelques balayages légers.

Souvent, je faisais des hennés neutres ou avec une nuance légère, soit à la maison, soit dans les salons Camille Albane. Ils ont un soin génial au henné qui s’appelle Bain Oriental, ça revitalise vraiment les cheveux mais ça ne couvre pas les cheveux blancs.

Avec l’arrivée des cheveux blancs, je ne sais plus très bien à quel âge ça a commencé, un peu avant 50 ans, j’ai pas mal joué avec la couleur, j’aimais bien changer, jamais très loin de ma teinte d’origine, mais avec des nuances parfois plus rousses, parfois plus foncées. Je profitais de cette obligation de cacher mes premiers cheveux blancs pour tester toutes les nuances qui me plaisaient. Et l’idée de passer aux cheveux blancs ne m’avait même pas effleurée…

En plus, j’avais l’impression que les blondes avaient de moins beaux cheveux blancs que les brunes, qui ont toujours l’air d’avoir des cheveux d’une belle couleur argentée. Pour les blondes, le terme à la mode serait blande (vu dans un article de Elle sous la plume incisive et brillante de la journaliste Sophie Fontanel qui a lancé la tendance dans le milieu de la mode en France) !

Finalement, ce qui m’a décidée, c’est l’état de mes cheveux au bout de quelques années de colorations. Je ne sais pas si c’est la même chose pour vous, mais moi, tous les ans, je perds mes cheveux l’été. J’ai la chance d’avoir des cheveux fins, mais abondants donc, en général, je ne m’affole pas. Mais cette année, dès le mois de juin, une catastrophe, chute de cheveux épouvantable et ce malgré les compléments alimentaires que je prends tous les ans au printemps. Je me retrouve avec des cheveux ternes, secs, cassants, bref, de la paille.

Joie coupe courte avec cheveux blancs
Coupe courte idéale pour les cheveux blancs.

Garder ses cheveux blancs, oui , mais comment ?

J’ai donc abordé le sujet avec Delphine, ma coiffeuse, qui m’explique : soit on coupe très court, et on passe rapidement aux cheveux blancs, soit on y va par étapes. Les cheveux très courts, je trouve ça hyper élégant, ça donne vraiment du style, mais je vous assure qu’à moi, ça ne va pas du tout. Je n’ai pas changé de coupe depuis mes 18 ans, ils sont juste un peu plus courts ou un peu plus longs selon les époques, un peu plus au carré ou un peu plus dégradés, mais globalement, c’est la même allure, et je n’arrive pas à changer de look.

Donc, on y va progressivement, lui dis-je, comme ça, si je change d’avis, on pourra toujours revenir en arrière… Et c’est parti pour les cheveux blancs par étapes !

Passer aux cheveux blancs par étapes

Delphine m’explique le principe pour passer doucement aux cheveux blancs : on commence par faire des mèches plus claires, en plusieurs séances. Car si on décolore toute la chevelure, déjà, ça ne sera pas très bon pour vos longueurs, me dit-elle, et ensuite, on risque d’arriver à un blanc qui ne sera pas du tout votre couleur, et ça ne sera pas beau du tout. Tant qu’on ne les a pas vus, on ignore complètement la nuance que vont prendre vos cheveux une fois que les dernières traces de coloration seront parties.

Bien sûr, on coupera régulièrement, pour harmoniser plus vite les racines et les longueurs, mais tout doucement aussi, pas de traumatisme. Je vous le dis, si vous avez une coiffeuse comme Delphine, surtout gardez la et faites-lui de la publicité ! C’est ce que je fais évidemment, et si vous habitez Angers, je vous donnerai l’adresse, je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi à l’écoute…

Coiffure blonde avec mèches claires
Après la 1ère séance de mèches

J’ai fait deux séances de mèches à la planchette, la deuxième suivie au bout de 15 jours d’une patine pour éviter le jaunissement, et déjà, ça commence bien, cheveux de nouveau brillants, pas du tout la catastrophe annoncée, d’ailleurs aucune remarque de mes deux conseillères beauté citées au début de l’article 😉 Moi, je trouve que ça fait un peu husky, blanc, beige, gris, mais c’est plutôt joli !

Puis départ en vacances, et là, autre souci, avec le soleil et la mer, oupfff, une horreur. Bref, il faut faire quelque chose ! Je viens de vous recommander Delphine et son salon de coiffure, mais là, vous n’allez pas me croire, mon meilleur coach cheveux blancs, c’est mon mari. Je vous explique la suite…

Cheveux blancs et no poo ?!

Vous avez sûrement entendu parler de cette tendance qui consiste à ne plus utiliser de shampoing et à simplement rincer ses cheveux à l’eau sous la douche, éventuellement avec un peu de vinaigre de cidre en finition. La première fois que j’ai entendu parler de cette idée qui me paraissait complètement saugrenue, c’est venu de mon plus jeune fils qui m’a dit un jour, ah mais moi, il y a longtemps que j’ai arrêté le shampoing, et mes cheveux sont bien plus beaux et bien plus doux. En réalité, je n’avais pas remarqué de changement dans ses cheveux, qui sont comme les miens, blonds, fins et assez abondants.

Et mon mari me dit, arrête de mettre des crèmes, de l’huile, des masques, et laisse les se reposer, profites-en, on est en vacances, fais un essai, je suis sûr que ça va leur faire du bien. Pour tout vous dire, il a travaillé quelque temps dans le domaine de la médecine esthétique, et ça ne lui a pas donné qu’une vision positive des produits que nous utilisons…

Allez, me dis-je, c’est l’année du changement, cheveux blancs et « no poo », rien ne m’arrête, on y va ! Et bien croyez-moi, seulement 3 semaines après, le résultat est plus que probant, j’ai de nouveau des cheveux sains, brillants, et la chute, conséquence d’un arrêt des agressions répétées sur mon pauvre cuir chevelu, diminue visiblement.

Chevelure bouclée et cendrée
Magnifique chevelure cendrée.

Conseil pour les cheveux blancs, et les autres…

Si vous avez comme moi les cheveux à tendance grasse à la racine, vous allez avoir du mal à ne pas attraper votre bouteille de shampoing tous les deux jours, comme vous le faites sans doute. D’où l’idée d’attendre une période de vacances, quand on sort de l’eau de mer, il faut juste bien rincer avec un jet d’eau assez puissant pour activer la circulation sanguine, et le tour est joué.

Ayez la patience d’attendre environ 10 jours, vous pouvez passer vos cheveux à l’eau sous la douche tous les jours, le mieux, tous les deux jours. Evitez le sèche-cheveux, fuyez les brushings, prenez plaisir à voir vos cheveux sécher au soleil et se mettre en place tout doucement, naturellement.

Bien entendu, si vos longueurs sont sèches, avec le soleil et la mer, ça ne s’arrange pas. La tendance est de se jeter sur une huile (jojoba, karité, argan…), j’avoue que je ne suis pas convaincue. Autant sur le visage, je trouve ça très efficace, l’huile de jojoba sur le visage super (merci à Isa de Cannes qui me l’a fait découvrir !), autant sur les cheveux, je trouve que ça alourdit inutilement. En tous les cas, en mode « no poo », ça n’apporte rien.

Au bout de 3 semaines, si vous craquez, faites un shampoing bio, moi, je refais un shampoing par semaine, j’en mets très peu, ça ne mousse pas beaucoup et c’est très bien comme ça.

A la fin, vous verrez, je vous le garantis, c’est une nouvelle vie qui commence, je passe la main dans mes cheveux et ils sont tout doux, un bonheur…

Shampoing pour cheveux blancs, ou pas…

Comment coiffe t-on ses cheveux, blancs ou non, dans la vie de tous les jours ? Un brushing quand on a le temps ou une séance de séchage en vitesse la tête à l’envers parce qu’on est en retard. Que recherche t-on à tout prix ? Des cheveux soyeux, lisses ou bouclés mais surtout brillants. Et pour cela qu’achète t-on ? Des produits en grande surface à peine moins nocifs qu’un détergent pour les carrelages, au mieux des produits en pharmacie ou para pharmacie aux étiquettes plus complexes à déchiffrer qu’un problème de chimie niveau Terminale S. Et c’est bien là le problème…

Pourquoi sont-ils nocifs ? Pace qu’ils contiennent des tas d’ingrédients dont certains, le silicone et les sulfates, ont pour effet de laisser malgré les rinçages un dépôt permanent qui finit par étouffer nos cheveux et provoquer des dégâts sur notre cuir chevelu. Alors au début, on est très contentes de voir nos longueurs briller, faciles à coiffer, mais ensuite… une catastrophe, vraiment.

J’avais adopté il y des années un duo shampoing+ après-shampoing (fabricant Unilever pour ne pas le nommer) que je rapportais d’Espagne en quantité suffisante pour en avoir toute l’année. Et j’avais tout le temps des démangeaisons, le cuir chevelu rouge, voire même des croûtes, des boutons.

J’ai arrêté ces produits et suis passé à des produits plus doux, en testant un peu tout, des marques de pharmacie surtout, et puis je suis passée au bio. Je ne vais pas vous mentir, ça été une catastrophe aussi, du moins au début. Pourquoi ? Parce qu’il faut du temps pour que les dépôts type silicone etc… soient évacués par les rinçages à l’eau, lesquels agissent comme une cure pour vos cheveux, car ils réapprennent à utiliser le sébum que la nature a prévu pour les protéger.

Ici encore, c’est une affaire de patience, et il faut tenir quand votre entourage vous dit « ah mais ça ne va pas, qu’est-ce qui te prend, tu es folle… » et autres commentaires ! J’ai la chance d’être bien entourée, je tiens le coup !

Shampoing bio et vegan BioSecure
Mon bon achat du mois

Bio ne signifie pas forcément de qualité supérieure, il faut donc tester, je ne conseille ni les shampoings Cattier ni ceux de la marque Lavera, j’ai essayé et vraiment ce n’est pas terrible. Le dernier que j’ai acheté, bio et vegan, BioSecure nourrissant pour cheveux secs et abîmés, des laboratoires Biopha, est vraiment top ! Labellisé One Voice, 0% sulfate, 0% silicone etc… et à base d’huile d’argan, je le trouve parfait. Il n’est donc pas spécifique cheveux blancs, je ne l’utilise qu’une fois par semaine maintenant, en alternance avec des rinçages à l’eau, mais pour le moment mes cheveux ont retrouvé leur vitalité, je suis ravie, et mon mari aussi 😉

Et vous, qu’en pensez-vous ? Assumez-vous vos cheveux blancs ? Et avez-vous testé le « no poo » aussi ?

A bientôt passez un beau mois d’août !!!
Corinne