Choisir son cours de yoga

Bonjour, bonjour,

Il y a des moments où je me dis que décidemment, nous étions des pionnières, nous qui avons découvert le yoga avec les Beatles, lesquels étaient devenus adeptes à la fin des années 60 d’un célèbre gourou, le Maharashi Mahesh. Ils pratiquaient alors la « méditation transcendantale » dans un ashram devenu célèbre depuis, à Rishikesh, et leur chemin croisa celui de nombreux artistes indiens, dont le célèbre Ravi Shankar, ce qui ne fut pas sans effet sur la musique pop de l’époque.

Influencée par de nombreux écrivains, la génération hippy a exploré les religions orientales, comme le bouddhisme zen, et s’est adonnée au yoga, à la méditation et aux arts venus d’Asie tels que mandalas, calligraphie… Toutes ces pratiques seront souvent déconsidérées par la profusion de faux gourous qui firent du mouvement appelé New Age un vaste terrain de chasse pour vrais charlatans.

Avec la fin des seventies, l’arrivée des punks d’un côté et celle des yuppies de l’autre (pour rappel, ceux-ci n’avaient d’autre ambition que de réussir dans une société de consommation que les hippies avaient tant contestée…), le mode de vie des hippies et le mouvement flower power semblaient destinés à sombrer dans le Pacifique, au large de la côte californienne qui l’avait vu naître…

Or, voici qu’à Big Sur, en Californie, un centre de yoga créé à la fin des années 60, l’Institut Ensalen, accueille les rescapés de la Silicon Valley en mal de spiritualité… qui l’eut cru ?! Et partout dans le monde, les exemples se multiplient de cet attrait pour la philosophie orientale, dont la pratique du yoga et de la méditation est la manifestation la plus évidente.

Et nous, que pouvons-nous attendre de ces disciplines, méditation, yoga, mais aussi tai-chi, qi-gong, calligraphie, toutes venues d’Orient pour nous amener à de nouvelles pratiques à la fois physiques et mentales ? Nous tenterons d’en décrire dans cet article et d’autres qui suivront, les différents courants, les bienfaits incontestables, mais aussi de déjouer quelques pièges, car dans ce domaine, il y a de nombreuses offres mais certaines visent davantage nos porte-monnaie que notre bien-être… Comme c’est un peu la « rentrée » pour tout le monde, nous avons envie de prendre ou reprendre de bonnes habitudes, alors autant bien choisir.

Le yoga, ou plutôt les yogas…

En 1970, George Harrison chantait « My sweet Lord », chanson extraite de son album solo All things must pass, qui allait devenir un véritable hymne pour les adeptes du mouvement Hare Krishna et du bakhti yoga. Cette école prône le pur amour, la musique et la danse qui sont des prières collectives et conduisent à la vérité divine et la joie intérieure. Dans les seventies, il n’était pas rare de croiser des groupes vêtus de toges colorées chantant Hare Krishna dans les rues de Paris. Il n’y en a plus beaucoup en France, mais j’en ai croisé récemment à Londres où le mouvement s’est enraciné plus que chez nous, à la suite de son célèbre disciple.

Je ne vous détaillerai pas les différentes écoles de yoga nées de la tradition indienne, elles sont extrêmement complexes et nécessitent une véritable approche philosophique pour être exposées avec efficacité. En revanche, je me suis attachée à vous parler de celles qui vous sont proposées le plus souvent en France, afin de distinguer les enseignements traditionnels de ce que j’appellerais les « produits dérivés » nés d’un marketing extrêmement inventif…

Un centre de yoga : panneau d'entrée
Le yoga : la porte du bien-être…

En France, actuellement, nous serions 3 millions à pratiquer le yoga, à 90 % des femmes. Les écoles les plus représentées sont :

  • Le hatha yoga

    C’est l’école la plus anciennement implantée en Occident. On y travaille la respiration, la souplesse et la relaxation. Les « asanas » (postures) ont pour objectif de favoriser la concentration, d’éliminer le stress, d’améliorer le sommeil et les enchaînements sont assez rapides. Un des bénéfices, et non des moindres, est de permettre au bout de quelques mois une souplesse réelle et de faire progressivement disparaître les douleurs de dos et d’articulations.

  • Le yoga ayurvédique

    L’ayurveda est une science millénaire, ayur signifiant la vie et veda, la connaissance, qui met au centre de sa philosophie une intelligence de la nature, nommée « prana ». C’est la plus ancienne médecine de type holistique, ce qui signifie une prise en compte de la globalité de la personne. L’ayurveda est reconnu par l’O.M.S. (Organisation mondiale de la santé), et le yoga qui se réclame de cette philosophie propose une personnalisation poussée des exercices et des recommandations liées à la diététique en particulier.

  • L’ashtanga yoga ou raja yoga

    Si vous essayez cette école, vous pourrez être surprise par le côté très dynamique de cette pratique. Alors que la plupart des enchaînements au yoga sont fait lentement et en profondeur, l’ashtanga yoga est basé sur des séquences de six mouvements répétés de manière plus rapide et en travaillant la respiration « à voix haute ». Il se présente souvent comme la fusion de toutes les écoles en une discipline plus aboutie menant à un mode de vie à la fois plus sain et plus honnête avec nous-mêmes.

ksenia-makagonova-693851-unsplash

  • Le yoga nidra

    C’est une méthode qui date des années soixante, on l’appelle aussi le « yoga du sommeil ». S’il est assez proche de la sophrologie, il reste une école de yoga, qui utilise des exercices de relaxation dans lesquels la récitation de mantras (en sanscrit, son, sentence) joue un rôle important, ainsi des phrases courtes dites « sankalpa » destinées à mettre en avant une pensée positive qui serait une sorte de but idéal à atteindre pour chaque élève qui choisit son « sankalpa » en début de séance.

  • Le yoga iyengar

    Cette version récente porte le nom de son fondateur, qui passa une grande partie de son enfance malade et fut sauvé par la découverte du yoga. Sa discipline présente la particularité de travailler avec des accessoires (sangles, couvertures, cordes…) qui aident l’élève même débutant à maintenir une posture correcte. Dans cette discipline, l’équilibre du corps est essentiel, le travail rigoureux, et les exercices mettent l’accent sur le contrôle de la respiration (pranayamas).

  • Le sivananda yoga

    Fondé par Swami Vishnudevananda, lui-même élève de Swami Sivananda, cette forme de yoga a un lieu culte, Rishikesh, au Nord de l’Inde, où vont encore se former de nombreux adeptes et a fortiori beaucoup d’enseignants du monde entier. Il existe de par le monde de nombreux centres où se former au sivananda yoga et c’est une des écoles les plus couramment représentées en France. Bien que récent, c’est un yoga traditionnel, basé sur la régularité de la pratique, et intégrant la méditation pour une recherche de bien-être physique et mental. Il enseigne une pensée positive, une harmonie avec le monde et prône le plus souvent le végétarisme.

  • Le yoga kundalini

    Beaucoup plus orienté vers la méditation et la prise de conscience de nos flux énergétiques, le yoga kundalini s’est répandu dans les années hippies et propose une pratique différente, quoique basée aussi sur la respiration et les postures. A travers le contrôle de notre énergie vitale, il permet de réactiver les points connus sous le nom de « chakras », qui sont au nombre de sept, et dont l’ouverture permet de retrouver une harmonie entre le physique et le mental. Il serait particulièrement bénéfique pour la gestion des émotions et un renforcement du système immunitaire malmené par nos vies modernes.

rebecca-blandon-673265-unsplash
Yoga et méditation

Les bienfaits médicaux du yoga

On le sait, le stress entraîne l’apparition de pathologies, et les médecins s’accordent enfin à reconnaître le rôle néfaste de cette angoisse permanente que génèrent le surmenage au travail et le rythme de vie contemporain. Certaines entreprises font maintenant appel à des professeurs de yoga qui viennent donner des cours dans des salles aménagées pour les salariés qui le souhaitent. Un bon point pour elles…

Plus encore, en 2014, s’est créé en Inde un Ministère du Yoga, et la journée mondiale du yoga, le 21 juin, comme la Fête de la Musique, a été votée la même année par les Nations Unies. Le Ministère du Yoga est également en charge de la médecine traditionnelle indienne, l’ayurveda, mais aussi de l’homéopathie et de la naturopathie, une démarche cohérente dans une vision holistique, autrement dit dans une approche globale de l’être humain, physique, mentale, psychologique et spirituelle.

Ce que le yoga nous apporte indiscutablement, quelle que soit l’école choisie, c’est une meilleure respiration, et qui dit respiration améliorée dit meilleure oxygénation des organes, des muscles et aussi du cerveau, d’où les effets bénéfiques sur la concentration et la gestion des émotions. Certains cardiologues le conseillent pour cette raison, car respirer plus efficacement fait baisser le rythme cardiaque et augmente l’efficacité des échanges sanguins.

On avance même l’idée que la maladie d’Alzheimer pourrait être contrecarrée par la pratique du yoga, et je ne suis pas loin de penser que si réellement le stress est un facteur déclenchant de la maladie, ce pourrait être une voie à explorer dans la lutte contre ce fléau.

Photo by Matthew Kane on Unsplash
Posture de yoga acrobatique

Les nouvelles tendances du yoga

Je n’ai sans doute pas fait le tour de toutes les propositions qui vont se présenter à vous, si, à la rentrée ou dans l’année, vous décidez de vous inscrire dans un cours de yoga. Mais s’il y a un sujet sur lequel le marketing ne doit pas vous influencer, c’est bien celui-ci, car on voit un peu de tout et du n’importe quoi dans les offres qui se présentent à vous sur le web ou via Facebook.

Parce qu’après l’aquagym et l’aquabike, deux excellents sports par ailleurs, voici que nous arrive l’aquayoga ! Passe encore si les séances sont vraiment efficaces pour le but recherché. De plus, on peut aimer rester dans l’eau pour méditer – on le fait bien dans son bain – sauf qu’il vous faudra être sûr.e.s que la température de l’eau est suffisante pour ne pas grelotter pendant la séance de relaxation, ce qui la rendrait beaucoup moins efficace !

Si vous êtes frileuse comme moi, vous pouvez tester le bikram yoga, qui se pratique dans une ambiance de hammam, chaleur humide et température de 40°. Je ne suis pas certaine que ce soit agréable, mais la chaleur permet d’optimiser les échanges sanguins, donc, pourquoi pas… à condition de ne pas avoir de problèmes cardiaques.

On voit aussi des offres d’acroyoga, de yoga dynamique ou tonique, de yoga danga (yoga et danse) ou que sais-je encore, qui ont autant à voir avec une séance de yoga qu’un cours de boxe avec le macramé, mais qui peuvent avoir des effets intéressants, donc ne pas tout jeter, cela dépend tellement du professeur…

Préférez demander conseil à des amies avant de vous lancer, et creusez un peu les informations qui vous seront données sur le site web du professeur ou de l’association. Le yoga n’étant pas reconnu officiellement en France, aucune des fédérations existantes n’a de valeur autre que celle qu’elle veut bien vous vendre, et si certaines sont indéniablement sérieuses, ceux qui s’en réclament ne le sont pas toujours. Les enseignants les plus compétents mettent en avant des années de pratique renforcée par des stages suivis régulièrement dans différents lieux, ashrams ou centres de formation en France ou à l’étranger. Enfin, certains professeurs proposent un enseignement prenant appui sur différentes écoles, et intègrent des exercices venus d’autres disciplines comme le Pilates.

Ah, un autre point pour mieux choisir votre cours ! Si vous ne vous sentez pas prête à psalmodier des mantras, par exemple, évitez l’ashtanga ou le yoga nidra. Cela dit, le fameux « ooooooom », ça aide vraiment à éliminer les tensions du monde extérieur avant de commencer les exercices 😊

L’usage dans les offres de cours de sports ou les salles de fitness veut que le professeur ou l’association vous laisse une séance gratuite pour découvrir si le cours vous convient ou non. C’est plus difficile pour les cours de yoga, où les séances sont organisées pour un petit groupe de personnes, ce qui garantit un vrai suivi individuel. La plupart du temps, l’enseignant vous proposera de prendre une ou deux séances à l’unité, parfois à un tarif d’essai, et cela vous permet de tester les cours pour être sûre de votre choix avant de vous engager sur un forfait ou un abonnement.

Je vous conseille vivement de commencer par des séances à l’unité car il m’est arrivé de tomber sur une enseignante charmante aux deux premiers cours mais il s’agissait d’une remplaçante, la titulaire étant beaucoup moins agréable. Elle ne faisait aucun effort pour se rappeler votre prénom – passe encore – mais plus ennuyeux, elle ne se souvenait jamais du type de mouvement que vous deviez éviter en raison d’un problème particulier, pour moi les cervicales, pour une autre le genou etc…. C’est ce qui m’a donné précisément envie d’écrire cet article !

Les enseignants de yoga sont en général des personnes extrêmement attentives, douées d’empathie et montrant un véritable désir de vous apporter le bien-être que vous êtes venue chercher dans leur école. Si la personne ne vous semble pas ressembler à ce portrait, ou si vous ne vous sentez pas à l’aise pendant les cours, changez, vous trouverez certainement un enseignement qui vous correspondra mieux.

Et vous, quelle est votre expérience du yoga, êtes-vous adepte, que vous a-t-il apporté ? Ou au contraire estimez-vous que cela ne vous correspond pas ? Racontez-nous, nous en parlerons ensemble.

A bientôt !
Corinne